Gordon Murray T.50S Niki Lauda : Rhââ lovely ! - Leblogauto.com

Gordon Murray T.50S Niki Lauda : Rhââ lovely ! — онлайн

Si la Gordon Murray T.50 doit se conformer à l’homologation route, la T.50S pour sa part n’est destinée qu’à la piste et pousse son concept le plus loin possible. Elle ressemble encore plus à une McLaren F1 et Gordon Murray joue sur cette ressemblance avec sa couleur orange.

Le petit nom officiel de la nouvelle voiture de Gordon Murray Automotive est « T.50s Niki Lauda ». Le nom du champion du monde Autrichien se retrouve aussi sur l’aileron de requin de la voiture. La voiture est dévoilée le jour de l’anniversaire de Lauda, et elle célèbre officiellement la victoire de Lauda au Grand Prix de Suède 1978 avec une Brabham BT46B « fan car » (la seule victoire avant que la voiture ne soit déclarée illégale).

Des clins d’oeil au passé

Esthétiquement, la voiture est plus radicale. A l’avant un immense splitter envoie une grande partie de l’air dans les soubassements pour aider à plaquer l’engin. L’aéro à l’avant est aussi aidée par des ailerons/flaps sur les ailes avant. L’aérodynamique est très étudiée avec par exemple des rétroviseurs façon F1 : la coque est en deux parties pour laisser passer le flux d’air et le calmer en aval.

Les côtés sont marqués par des barge-boards et des tunnels d’air, là aussi pour canaliser et calmer le flux latéral et en envoyer un maximum à l’arrière. Cela permet notamment de refroidir les immenses disques carbone-céramique du freinage Brembo (6 pistons à l’avant, 4 à l’arrière). Le toit a une entrée d’air redessinée pour mieux alimenter le moteur qui passe à 725 chevaux de puissance.

Pour continuer dans les clins d’oeil au passé, l’aileron arrière est similaire dans sa forme en delta à l’aileron avant de la Brabham BT52 de 1983. Autre clin d’oeil, le surnom de la BT46B est apposé à l’arrière de la T.50S Niki Lauda : « Fancar ». Enfin, c’est toute la voiture qui est un clin d’oeil à la McLaren F1 GTR.

Même le V12 GMA-S Cosworth fait une cure d’amaigrissement

Mais la partie la plus « waouh » est sans doute l’immense diffuseur qui exploite à fond l’effet Venturi. Fidèle à son habitude, Gordon Murray préfère l’effet de succion à une palanquée d’ailerons qui génère de la traînée. Le diffuseur a deux sorties d’échappement en partie centrale. Et comme on est sur une voiture pour la piste, et bien au diable les catalyseurs castrateurs !

La voiture ne fait que 852 kg ! La T.50S Niki Lauda est un bout de carbone ambulant, avec des roues en magnésium. Ce poids léger permet une maniabilité exceptionnel nous promet-on. Côté moteur, le V12 3,9 litres dessiné par Cosworth qui est dans la T.50 est reconduit. Mais, il est poussé et optimisé pour l’occasion. Le moteur ne pèse « que » 162 kg soit 12 kg de moins que la version de route. La boîte à vitesses 6 rapports aussi est allégée de 5 kg. La boîte est fournie avec deux jeux de rapports : un pour les circuits « classiques » et un pour les circuits courts.

A l’intérieur, c’est du brutal. Le pilote, en position centrale évidemment, est installé dans un baquet carbone ultra-léger. Les deux passagers sont calés directement contre la coque. De quoi se replacer les vertèbres à chaque accélération ! Pour piloter l’engin, il dispose d’un volant carbone ultra-simplifié. Des interrupteurs sont placés sur la droite, sans fioriture, et la seule concession au confort sont deux aérateurs.

Notre avis, par leblogauto.com

Rhââ lovely ! Bave bave !

Voilà à peu près tout ce qui vient comme mots devant cette T.50S Niki Lauda. Désormais, on se prend à rêver à voir cette merveille alignée aux 24 heures du Mans. Mais, hélas, V12 de 725 chevaux, 852 kg à vide…la T.50S est trop bien pour le règlement Hypercar.

Tant pis, on continuera de rêver à cette Gordon Murray Automotive T.50S déboulant à fond de 6 dans les Hunaudières.

La fiche technique de la T.50S.

Galerie de la T.50S Niki Lauda


вверх